Vinny Stalkers

Aaaahh, Vincent, Vincent, Vincent… Tu le sais bien, qu’ils ne te lâcheront plus!

Tu sors juste de trois jours de folie à Montréal. Trois jours où tu as du signer 14 000 autographes, trois jours où tu as du répondre 673 fois à des journalistes te demandant à quel point tu serais heureux de jouer pour le Tricolore, trois jours tout au long desquels 21 273 personnes t’ont plus ovationné que les Habs eux mêmes.

Tu arrives à Tampa. Tu poses ta valise. Tu replies ton chandail bleu-blanc-rouge du match des étoiles. Tu ranges l’anorak et les moufles. Tu ressors le short et les tongs (oui, enfin les gougounes si tu préfères…).

Ce matin, tu arrives paisiblement à la patinoire, les lunettes de soleil sur le nez et le café à la main. Il fait beau. Tu es seul. La vie est belle.

“Salut coach! Alors, on joue qui ce soir?”

awjeeznotthisshitagain

Et meeeeerde…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: