Vinny Stalkers

Aaaahh, Vincent, Vincent, Vincent… Tu le sais bien, qu’ils ne te lâcheront plus!

Tu sors juste de trois jours de folie à Montréal. Trois jours où tu as du signer 14 000 autographes, trois jours où tu as du répondre 673 fois à des journalistes te demandant à quel point tu serais heureux de jouer pour le Tricolore, trois jours tout au long desquels 21 273 personnes t’ont plus ovationné que les Habs eux mêmes.

Tu arrives à Tampa. Tu poses ta valise. Tu replies ton chandail bleu-blanc-rouge du match des étoiles. Tu ranges l’anorak et les moufles. Tu ressors le short et les tongs (oui, enfin les gougounes si tu préfères…).

Ce matin, tu arrives paisiblement à la patinoire, les lunettes de soleil sur le nez et le café à la main. Il fait beau. Tu es seul. La vie est belle.

“Salut coach! Alors, on joue qui ce soir?”

awjeeznotthisshitagain

Et meeeeerde…

About these ads
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: